Photos de Guelma Algerie

Photos de la ville de Guelma en Algerie.


Guelma se situe au cœur d'une grande région agricole à 290 m d'altitude, entourée de montagnes (Maouna, Dbegh, Houara) ce qui lui donne le nom de ville assiette, sa région bénéficie d'une grande fertilité grâce notamment à la Seybouse et d’un grand barrage qui assure un vaste périmètre d'irrigation. Ses ressources agricoles et thermales étaient depuis la nuit des temps la fierté de cette localité. Elle occupe aussi une position géographique stratégique, en sa qualité de carrefour dans la région nord-est de l’Algérie, reliant le littoral des Wilaya de Annaba, El Tarf et Skikda, aux régions intérieures telles que les Wilaya de Constantine, Oum El Bouagui et Souk-Ahras. [in Wikipedia]

Vue générale de la ville de Guelma - Algerie

Guelma - Algerie

Anciens quartiers de Guelma - AlgerieGuelma - Algerie

Nouveaux immeubles a Guelma - AlgerieGuelma - Algerie
Le stade de football de Guelma - Algerie
Guelma - Algerie
La petit ville de Héliopolis près de Guelma - Algerie
Heliopolis - Guelma - Algerie

21 commentaires:

Anonyme a dit…

Ces photos aériennes de Guelma ne me disent qui vaille; elles ne m'inspirent pas; elles ne me rappellent aucun souvenir; j'y suis né un certain 3 janvier 1956 à Bab Skikda; puis nous avons déménagé à Bab Essoug; pour atterrir finalement, en 64, à Annaba. J'ai longtemps souffert, en silence de ce départ forcé; j'ai laissé derrière moi mes tantes et mes oncles maternels et paternels; mes cousins et cousines; mes voisins et voisines; mes amis... Toute ma famille est restée sur place!Ma mère est une pure FOUGHALI; et d'ailleurs, elle reste seule avec mon dernier oncle Messaoud encore en vie; mon père un vrai BOUKHEMIS de Bouguerguère, Guelâat-Bousbaâ; Héliopolis où dernièrement la femme de mon oncle Hocine est décédée des suites d'une longue maladie... J'ai connu Guelma lorsqu'elle était encore un Eldorado! Avec l'âge, j'ai 53 ans, je me sens pris d'affection pour Guelma, Hélioplolis et mon voeux le plus cher est de terminer ma vie là-bas; là où elle aurait dû se dérouler!
BOUKHEMIS HAMID ben ABDELMAJID ben TAHAR ben AMMAR

Anonyme a dit…

bonsoir vous me faites la peine de vous voir ainsi .mais bien sur la nostalgie du bled ou le douar sont ineffaçables.vous avez raison de rever ainsi .c est un pur foughali qui vous redige ses quelques lignes.tout en esperant une longue vie.je suis de la famille mohamedatni de guelma et beni addi le douar qui a donne naissance a notre feu president houari boumedienne.slt

Anonyme a dit…

certe guelma n est plus calama ou j ai grandi ou oued skhoun nexiste plus ou les rempares et les portes me hente mes souvenirs a travers le monde de Ephese el djem rhodes louxor a sear tower et je passe que dieu benisse les hommes et les femmes qui ons construis et qui conserve les souvenirs de calama

Anonyme a dit…

je suis de la bas et pourtant je n'ai aucun souvenir dont on arrete pas de flaté son paysage, sa nature et surtout ses gens


une boukhemis, ki n'a malheureusement gardé aucun heritage de ses ancetres

boukhemis a dit…

un vrai boukhemis qui adore sa ville , la plus belle au monde


boukhemis mouloud

Anonyme a dit…

Un autre BOUKHEMIS, Mohamed Larbi, authentique Guelmois, passe le bonjour à tous les enfants du patelin.

Anonyme a dit…

Je suis un Guelmi de souche,suis né et grandi à GUELMA que j'ai toujours adorée et chérie .Je ne pardonnerai jamais à ces ploucs qui ont campagnardisé ma ville natale.

clo a dit…

mon oncle et ma tante étaient de Guelma et de Guelaat bousba : Mr et Mme THOMAS.

kouacema a dit…

bj, c'est hakima ! tous les matins avant de me rendre au travail un petit clic sur image de guelma,je commence bien ma journée en revoyant les images, aujourd'hui c'est avec des larmes qui coulent au long de mon visage que j'écris ce commentaire sur ma ville natale " héliopolis, ville du soleil comme ils l'appelait les romains.Un seul hic à l'heure actuelle quand je me rend à guelma je suis un peu perdue puisque je ne retrouve plus mes repères, je suis déboussolée je ne reconnais plus les gens dans la rue, il fût un temps ou je connaissais presque tout le monde à guelma . Moi aussi je suis une FOUGHALIYA toute ma famille habite à guelma-héliopolis, j'ai quitté guelma en 1979 pour vivre en france mais il n'y a pas une journée ou je ne pense à mon merveilleux pays.Je donnerai n'importe quoi pour revoir mes amis d'enfance hacina, kamila, jamel wahab, sebti, mabrouk tous ces amis que j'ai perdu de vue je me sens un peu orpheline sans mes repère d'autre fois, Algérie, oh algérie ma belle, dans ma mémoire immortelle comme dans le reposoir d'une chapelle, je garde l'amour et l'espoir qu'un jour je pourrai avant de mourrir revoir mes amis, je sais l'espoir c'est la lumère, l'amour des siens c'est une liqueur et la foi c'est ma prière, je mets mes trésors, mes très chers algériens et algériennes je vous aime du plus profond de mon coeur. au revoir et à bientôt INCHAA ALLAH

Mutuelle sante a dit…

J'ai eu la chance de visiter cette région de l'agérie, il ya 3 an, et c'est un coin magnifique.

Med-yazid Attaoua a dit…

serte ma ville est lune des best of de toute .
mais vous avez pas le droit de revenir ! on a l'impression en lisant ses mots là que l"on vous a chassé de cette ville.
PS; famille Attaoua de bab essoug 2émé génération.

Anonyme a dit…

slm, moi je suis d'héliopolis (enfin mon pére ,ma mére est de Guelma)ils sonts de la famille HIMEUR et CHAFFAÏ; et aussi les familles SALAH-SALAH;MIHOUBI; moi j'y retourne souvent (depuis mon arrivée en france en 1964 j'avais 5 ans je suis née a Guelma mais j'ai toujours habitée à Héliopolis même maintenant quand j'y vais avec mon fils)et pour cela je ne suis pas dépaysée;bien sur que cela change et c'est tant mieux, nous devons progrésser non stagner.Heliopolis mon écrin mon joyaux;j'aimerais y finir ma vie si DIEU le veux;à ceux qui n'y si reconnaisse plus (ALLEE Y PLUS SOUVENT)vous y serais a l'aise sauf bien sur ceux qui sonts trop (francisais)

Anonyme a dit…

Bonjour puisque il est 1h33 et je ne dors pas je lis les commentaires c'est intéressant de lire qu'on nous a pas chassé de Guelma, cher frère ATTAOUA c'est facile de poster un commentaire et dire qu'on a pas le droit de revenir vous croyez au mektoub, personnellement j'étais très bien avec un bon poste à responsabilité à la SNS Annaba mais le destin a décidé autrement. Franchement je suis sidérée par votre commentaire vous n'êtes mieux que les personnes que je fréquente ici en France en fin de compte on est émigré en France et en Algérie vous comprenez ! sur ce j'ai oublié pourquoi je me suis connectée Je regrette vivement d'être loin de mon pays et de ne pouvoir m'exprimer de vive voix mes voeux les plus affectueux aux Algériennes et Algériens Belle.Excellente. Joyeuse. Agréable. Bonne. Exquise. Douce. Heureuse.Délicieuse année 2012.Et j'espère qu'au mois d'Avril je pourrai serrer ma petite Maman dans mes bras et lui dire Combien je L'aime.Elle me manque tellement ainsi que mon frère et mes soeurs et l'ALGERIE MON AMOUR.kouacema.H

Anonyme a dit…

bonsoir tout les guelmois .aimez vous guelma?

nacera a dit…

salam je suis guelmoise de souche suis nee et grandie dans cette jolie ville elle me manque terriblement j'ai travaille a la poste et j'ai enseigne a l'ecole de bab skikda mes plus beaux souvenirs et mes chagrins d'amours sont restes labas avec mon coeur maintenant quand je retourne je suis perdue je ne reconnais pas les passants mais j'espere un jour rentrer et finir mes jours la bas et etre enteree dans ses entrailles a cote de mes parents j'aime mon pays ma villes et mes compatriotes merci a vous salam

Anonyme a dit…

GUELMA LA VILLE DES HEROS DES ANNEES 40.HOMMAGE A TOUS CES GUELMOIS D ORIGINE.

clo a dit…

Jules THOMAS et son épouse sont enterrés à Guelma ; leur fils Elysée et sa femme Marguerite (ma tante et marraine) sont enterrés à Aix en Provence.... Dieu veille sur eux!!

Anonyme a dit…

bonjour a tous les guelmois je m apel jean marc et je suis ne a guelma en 1960 et nous habitions a gounod

Anonyme a dit…

Salem , mes origines sont de la commune de Houled Harrid, willaya de Guelma. Mes parents ont immigrés en France en 1959.
Mon père Sebti a du quitter son chère pays "L'Algérie", et a emmener toute sa petite famille, ma mère, ma grand mère, moi(2ans). IL a eu une vie très dur... Il a travaillait 20ans, 8 heures par jour dans les mines de Nord à Montigny-en-Ostrevent. Un tout petit patelin ou se côtoyaient tous les Peuples du Monde. Il rentrait tous les soirs NOIR de "charbon", fatigué mais heureux, car malgré les coups dur, il y avait un esprit de camaraderie très fort. Puis, La MINE a fermé et mon père a été obliger de redéménager sa petite famille, ma mère, ma grand mère "mama Zoza", ma petite sœur (née en 1962) et moi, à Dreux, un ville industrielle proche de Paris.
Une autre vie , un autre Destin...
Mon père est retourner dans son Pays qu'il aimait tant, en 2013 à Guélma. Il repose dans le cimetière de la commune de Benjellah Paix en son Âme".
J'ai voulu témoigner pour faire un hommage à mon père, on le surnommé "Délégui" et à tous les immigrés qui ont du quitter leur pays, volontaires, contraints ou forcer.
Ce message je l'ai fait pour mon père "Papouné"... Yasmina B.H

Hafsi Mohames a dit…

Je suis né en 1953 à Guelma, rue de numidie à l'époque,mon père est de gounoud, il est des htatba et ma mère est une boumaza de selaoua, aarch ouled bouaziz.
Pour moi, la plus belle ville du monde est Guelma, mes parents l'ont quitté pour Annaba.
Je garde la nostalgie de années de ma jeunesse, le cour, le champs de cours, tarik zitoun(vers millisimo).
Mes grands parents maternels habitait guelaat bousba...que de beaux souvenirs de berceau à tous, nous les guelmois.
Guelma, c'est aussi La Mahouna, Djebel Debbagh, Haoura, Beni Mezline etc...
Mais c'est au printemps, que sa région se pare de ses plus couleurs.

Hafsi Mohames a dit…

belle ville et belle région, j'y suis né et j'y ai grandi jusqu'à l'age de 10 ans, après mes parents ont quitté pour annaba où j'habite toujours.
j'ai gardé de très bon souvenirs, l'école mouloud feraoun( ex-anatole france) les randonnées sur les bords de l'oued seybouse.
j'ai revenir y habiter et finir mes vieux.
ah nostalgie quand tu nous attrape